Les écoles de Capachica

– Nom : Subvention des écoles de Capachica
– Lieu : Hilata, Llachón et Santa María, lac Titicaca
– Fondation : 1965, 2002 et 2005
– Soutenu par ViSocial depuis 2002
– Objectif : éducation et santé des enfants
– Domaines d’intervention : éducation, santé
– Bénéficiaires : environ 260 enfants et jeunes
– Source de financement ViSocial : dons et parrainages d’initiative

Description du projet

Hilfe SteinbruchLe projet comprend les écoles primaires de Hilata et Llachón et les écoles maternelles de Hilata, Santa María à Llachón et San Isidro à San Pedro de Collpa.

Situéeà l’extérieur du village, l’école primaire de Hilata est officiellement appelée “Institución Educativa Primaria 70046 de Hilata”. Partiellement financée par l’État, elle existe depuis 1965. Actuellement, l’école accueille environ 80 enfants de 6 à 12 ans et propose six niveaux (cycle primaire). Au total, trois instituteurs enseignent les mathématiques, la lecture, l’écriture, la musique et le sport. Dans le même bâtiment, deux classes de maternelle accueillent les plus petits. Deux éducatrices s’y occupent des enfants de un à six ans.

L’école de Llachón est fréquentée par environ 160 enfants âgés de 6 à 14 ans. Les cours ont lieu de 8h00 à 13h30. La plupart des enfants effectuent chaque jour un trajet de 30-50 minutes à pied pour rejoindre l’école, car leur famille habite loin du village.

Les enfants reçoivent chaque jour un repas équilibré. À cet effet, ViSocial achète et distribue des fruits et légumes frais et d’autres aliments de manière hebdomadaire. De cette manière, ViSocial complète l’offre déficiente du programme d’état.

Des visites médicales sont organisées au moins deux fois par an, au cours desquelles les enfants sont pesés et mesurés pour contrôler leur croissance.

Les Wawawasis (écoles maternelles) Santa María et San Isidro sont situées dans les villages de Llachón et San Pedro de Collpa, un petit port sur la route qui mène à Capachica.

Toutes les Wawawasis sont des bâtiments très spartiates constitués d’une seule salle, sans accès à l’eau courante et souvent sans toilettes.

Ces écoles maternelles ne reçoivent jusqu’à présent aucun financement de l’état et disposent donc de très peu de moyens et de matériel scolaire. De même, il n’existe aucun programme public de distribution de nourriture, ce sont les mères qui font les achats et cuisinent. Comme dans les écoles primaires, ViSocial apporte son soutien à travers l’achat et la distribution d’aliments et de matériel scolaire.

Par ailleurs, ViSocial organise des sorties scolaires et d’autres actions ponctuelles ou régulières. Par exemple, les enfants apprennent au cours des campagnes annuelles de sensibilisation à l’hygiène, pourquoi et comment se laver les dents et les mains. Les parents sont toujours associés à ces actions, afin d’améliorer leur connaissance et leur sensibilité aux thèmes de l’éducation et de la santé.

À partir de 2014, nous mettons en place un programme de parrainage dans le but d’installer des serres et planter des arbres fruitier pour produire la majorité des aliments servis dans les écoles.

Objectifs que nous n’atteindrons qu’avec vos dons…

  • achat d’un uniforme scolaire pour un enfant – 15 €
  • organisation d’un tournoi de football pour 60 enfants à Hilata – 200 €
  •  financement des repas des écoles maternelles pendant un mois – 160 €

Événements marquants

  • 2013 : Achat de matériel de cuisine pour les écoles de Llachón et Hilata.
  • 2012 : Intégration de tous les enfants de Wawasis dans le programme de parrainage ViSocial (environ 85 enfants).
  • 2008 : 2500 € sont consacrés à l’achat d’instruments de musique et au financement du salaire annuel du professeur de musique de l’école de Llachón.
  • 2007 : Les travaux de raccordement à l’eau des trois communes sont terminés.

Comment agit ViSocial ?

Steinbruch Hilfsprojekt

  • Construction de sanitaires dans les écoles et raccordement à l’eau
  • Expansion et équipement des écoles primaires et maternelles (armoires, livres, matériel pédagogique, etc.)
  • Achat et distribution de nourriture et de matériel scolaire
  • Organisation de campagnes de sensibilisation à l’hygiène et à la santé
  • Campagne de Noël au cours de laquelle chaque enfant reçoit un cadeau
  • Financement d’un professeur de musique pour les cours de musique à Llachón. Les compétences musicales peuvent être une source de revenus supplémentaires pour les enfants (par exemple : création d’un groupe de musique qui se produit au cours de fêtes populaires)

Objectifs

Notre objectif principal est de permettre aux enfants de terminer le cycle primaire. Grâce à vos dons et aux parrainages nous achetons et distribuons de la nourriture et du matériel scolaire. Les repas servis dans les écoles permettent d’assurer une meilleure nutrition des enfants.

Nous voulons améliorer l’équipement des écoles maternelles : rénover les salles de classes, construire des cuisines et des sanitaires et fournir du matériel scolaire. Par ailleurs, nous continuerons à organiser des campagnes de sensibilisation à l’hygiène et autres activités destinées aux enfants et aux parents que nous avons mises en place jusqu’à maintenant.

Volontariat

IMG_0644En tant que volontaire tu aideras à diverses activités quotidiennes du projet. Tu pourras par exemple assister les instituteurs à l’encadrement des enfants ou aider les mères à préparer et servir les repas.

Une autre mission importante sera de rédiger des témoignages de ton séjour et de ta participation au projet, avec des photos (au moins deux témoignages par mois). Ces témoignages sont publiés sur la page internet de ViSocial.

Tu souhaites faire partie de ce projet ? Envoie-nous ta candidature avec un CV par e-mail à [email protected]

Description des quartiers

P1010294

Hilata, Llachón et Santa María sont des petites communes rurales situées sur la péninsule de Capachica, sur le lac Titicaca. Les conditions de vie des villageois sont des plus modestes. Très traditionnel, le mode de vie a peu évolué au cours des siècles derniers. La péninsule est une région rurale économiquement sous-développée et oubliée en terme d’aide économique gouvernementale. Aujourd’hui encore, les conditions de vie sont particulièrement difficiles. Pas étonnant dès lors que de nombreux enfants soient obligés de participer aux travaux agricoles, ce qui laisse peu de temps à l’éducation scolaire. Par conséquent, le niveau scolaire de la population est faible, avec un taux d’analphabétisme d’environ 15%.

Rares sont les habitants disposant d’un emploi stable. L’agriculture et la pêche sont les principales sources de revenus des habitants. Les maisons sont construites en adobe (argile cru) et ont un toit de roseau, le sol est généralement en terre battue. Les habitants de la région pratiquent une agriculture de subsistance et travaillent du matin au soir dans les champs ou sur le lac. Le fait de posséder une ou deux vaches et quelques moutons est source de fierté. La plupart des familles ne possèdent même pas de bœuf qui pourrait pourtant faciliter les travaux des champs. Ils sont donc obligés de creuser les sillons à la main, à l’aide de herses et de charrues. La mairie négocie actuellement l’installation de lignes électriques. Les dons généreux récoltés par ViSocial en 2007 on permis de créer des canalisations et de raccorder les communes à l’eau courante.