La maison des jeunes de Quito

– Nom : Para Dar Esperanza (PADE)
– Lieu : Santa María, Quito
– Fondation : 2004
– Soutenue par ViSocial : depuis 2008
– Objectif : Assurer la satisfaction des besoins élémentaires des enfants et des jeunes du projet
– Domaines d’intervention : Éducation, développement communautaire, développement personnel, alimentation
– Bénéficiaires : environ 60 enfants et jeunes
– Financement ViSocial : Dons

DESCRIPTION DU PROJET

Para Dar EsperanzaLe projet Para Dar Esperanza est un point de repère pour les enfants et les jeunes de 3 à 17 ans. Ils y vont l’après-midi où après l’école. L’objectif est de satisfaire leurs besoins élémentaires et de leur apprendre l’importance des valeurs et du vivre-ensemble. Ils y ont accès à du soutien scolaire et des cours de rattrapage. Une psychologue vient parfois sur le projet pour que les enfants puissent se confier à elle et lui parler de leurs soucis. Ils reçoivent chaque jour de quoi manger et peuvent bien sûr profiter du temps passé dans la maison pour jouer ensemble et avec les volontaires. Ce projet ne reçoit aucune aide publique, et il est difficile d’en couvrir les frais quotidiens.

Objectifs que nous n’atteindrons qu’avec vos dons…

  • acheter des brosses à dents et du dentifrice pour tous les enfants – 55 € tous les 3 mois
  • offrir une visite médicale – 24 € par enfant
  • acheter des gâteaux d’anniversaire pour tous les enfants – 15 € par mois

 

Événements marquants

  • 2016 : Réalisation d’un atelier d’activités manuelles avec des materiaux recyclés, soutien phsycologique et soins dentaires pour les enfants et adolescents du projets.
  • 2015 : Sortie au stade  de Quito pour voir un match de football, et sortie éducative pour le projet de reboisement de la fôret nébuleuse.
  • 2014 : Excursion au parc aquatique pour tous les enfants du projet.
  • 2013 : Sortie au cinéma et une excusion au projet de reboisement de Guajalito.
  • 2010 et 2012 : Excursion avec 40 enfants et 3 éducatuers sur le projet de reboisement de la forêt nébuleuse  de Río Guajalito. Les enfants ont eu la possibilité d’en apprendre plus sur la végétation spécifique à la région et ont planté des arbres.
  • 2008 et 2009 : ViSocial garantie l’existence du projet en payant le loyer mensuel

Comment agit ViSocial ?

Kinder Hilfe QuitoPaie mensuelle du loyer

  • Achat de nourriture
  • Dons en nature (fournitures scolaires, matériel de soins)
  • Recherche et mise à disposition de volontaires
  • Aide aux devoirs et soutien scolaire
  • Organisation d’excursions

Objectifs

Notre objectif principal à cours terme est d’assurer l’existence juridique du projet. Suite au décès de son président, l’association qui portait le projet jusqu’à maintenant risque d’être dissoute. ViSocial souhaite donc en reprendre la responsabilité juridique.

À long terme nous voulons construire une maison pour offrir de meilleures conditions d’accueil aux enfants (cuisine, douches, sanitaires etc.), ainsi qu’une aire de jeu.

ViSocial continuera bien sûr à soutenir le projet à travers l’achat de nourriture, la prise en charge des frais financiers et la mise à disposition de volontaires.

Volontariat

En tant que volontaire au sein du projet PADE tu participes à l’encadrement des 60 enfants et jeunes de la maison. Les jeunes sont divisés par groupes d’âge qui ont chacun leur propre salle. Les activités sont bien sûr différentes en fonction de l’âge, et tu as la possibilité de proposer tes propres idées.

Les activités suivantes font partie de tes activités quotidiennes : service des repas, encadrement d’un groupe d’enfant, organisation de leurs temps libres, aide aux devoirs et soutien scolaire.

Tu rédigeras aussi des témoignages de ton séjour et ta participation au projet, avec des photos  (au moins deux témoignages par mois). Ces témoignages sont publiés sur la page internet de ViSocial.

Tu souhaites faire partie de ce projet ? Envoie-nous ta candidature avec un CV par e-mail à [email protected].

Description du quartier

Hilfsprojekt EcuadorLe quartier Santa María se trouve au nord de Quito sur la pente du volcan actif Pichincha à environ 3300 m d’ altitude. Depuis Santa María on a une très belle vue sur la ville de Quito. Dans le quartier il n’y a pas d’eau potable et pas de système d’évacuation des eaux usées. Les gens vivent dans des conditions très rudimentaires. La plupart des maisons ne sont construites qu’ à moitié et sont faites de béton gris. Elles sont presque toutes rafistolées avec des pierres et des planches de bois. Il y a très peu d’arbres le long des rues et des chemins de sable. Quelques rues ont été pavées il y a peu de temps. Les règles de construction en vigueur sont rarement prises en considération. Le quartier ne cesse donc pas de s’étendre et la sécurité des habitats n’est que très peu contrôlé.

Souvent les mères vivent seules avec leurs nombreux enfants, parfois même avec les grand-parents, tantes et oncles sous le même toit. Beaucoup de familles sont venues des régions rurales d’Équateur en espérant commencer une meilleure vie dans la capitale. Mais les possibilités de trouver du travail sont limitées. La plupart des hommes travaillent dans la construction et les femmes gagnent un peu d’argent en lavant le linge pour d’autres familles. Généralement sans contrat de travail, le secteur informel est très développé dans ce quartier. L’alcoolisme, souvent accompagné de violence physique et psychique surtout contre les enfants, est un très grand problème. Chaque maison est équipée très sommairement et bien souvent, les ressources financières sont trop faibles pour subvenir aux besoins de la famille.