La commune de Santiago de Okola

– Nom : Projet de développement de la commune Santiago de Okola
– Lieu : Santiago de Okola, Lac Titicaca
– Fondation : 2006
– Soutenu par ViSocial depuis 2006
– Objectif :  Créer des opportunités éducatives et professionnelles pour les enfants
– Domaines d’intervention : éducation, santé, éducation environnementale, tourisme local
– Bénéficiaires : environ 150 enfants
– Source de financement ViSocial : dons, parrainages d’initiative

Description du projet

Hilfe fuer Kinder in Santiago de Okola BolivienL’école a la capacité d’accueillir 150 enfants du village  pour les 10 kilomètres aux alentour. Les salles de classe de Kerhuati (3 salles) et d’Omacuyo (1 salle) appartiennent à l’école. Celles-ci sont en mauvais état en comparaison avec le bâtiment principal qui est lui assez bien équipé.

ViSocial travaille en coopération avec l’école du village et les salles de classe de Kerihuati et d’Omacuyo. Notre but est l’amélioration durable de la qualité de la formation scolaire en liaison direct avec les ressources de la région (l’agriculture, la pêche, le tourisme communautaire) dans le but de stabiliser les structures économiques et sociales. Bien que les actions de ViSocial soient principalement basées sur des dons pour l’école à Santiago de Okola, nous souhaiterions pouvoir envisager des projets de développement intégratif et multicouche pour la commune.
Pour atteindre ce but, nous travaillons en coopération avec d’autres associations à but non lucratif.  Ainsi, nous avons construit à l’école un petit musée du village en 2010. Les élèves mais aussi les autres habitants du village y collectionnent et maintiennent une grande diversité florale et une partie de la richesse culturelle d’Okola.

Les actions prévues par ViSocial améliorent sensiblement les conditions de vie et d’apprentissage des jeunes villageois. A long terme, toute la population du village profitera de l’engagement grâce à différentes coopérations.

Objectifs que nous n’atteindrons qu’avec vos dons :

  • acheter un manuel de mathématique pour le niveau de base – 10 EUR
  • remplacer les vitres dans une salle de classe à Kerihuati – 60 EUR
  • construire 6 toilettes à Kerihuati – 800 EUR

Événements marquants

  • 2013 : Construction d’une serre à Kerihuat et rénovation d’une serre existante dans l’école de Santiago de Okola (primaire et secondaire).
  • 2012 : Construction de sanitaires dans les écoles de Santiago de Okola et Kerihuat, ainsi qu’une aire de jeux dans l’école de Kerihuati.
  • 2010 : Inauguration du musée de l’école et du village, dont les collections présentent la biodiversité végétale locale

Comment agit ViSocial

  • Financement des manuels et du matériel de cours pour les écoles à Okola, Kerhuati et Omacuyo
  • Construction d’installations sanitaires à Okola, Kerihuati et Omacuyo
  • Rénovation des salles de classes à Kerihuati et Omacuyo
  • Amélioration de l’équipement des salles de classes (tableaux, chaises, tables) à Kerihuati et Omacuyo

Objectifs

Notre objectif à long terme pour Santiago de Okola est de procurer à la fois une formation scolaire adaptée aux enfants ainsi qu’une solution d’exploitation du potentiel productif de la région (l’agriculture, la pêche, le tourisme). Cela permettra aux enfants de devenir actifs dans l’économie régionale à l’avenir et empêchera une migration ou un déracinement. On essaie d’atteindre cet objectif par la création d’une nouvelle infrastructure scolaire, de programmes aidant à l’orientation professionnelle et avec des programmes de bourse. Bientôt, les conditions hygiéniques seront améliorées dans toutes les écoles par la construction de toilettes et de lavabos. Les salles de classe à Kerihuati et Omacuyo seront rénovées et équipées. Nous allons également inaugurer le musée de l’école qui est le résultat de la coopération entre la communauté du village et les ONG étant actives dans le village.

Volontariat

Freiwilligenarbeit in BolivienNos volontaires à Santiago de Okola soutiennent à travers des tâches variées le travail quotidien du projet et de l’école. Ils peuvent assister les instituteurs à encadrer les enfants ou aider les mères à préparer et distribuer les repas. Il est aussi apprécié que les volontaires donnent des cours d’anglais et d’informatique aux élèves et aux professeurs.

Une autre mission importante pour les volontaires est de rédiger des témoignages de leur séjour et leur participation au projet, avec des photos  (au moins deux témoignages par mois). Ces témoignages sont publiés sur la page internet de ViSocial.

Tu souhaites faire partie de ce projet ? Envoie-nous ta candidature avec un CV par e-mail à [email protected].

Description du village

Schule in Santiago de OkolaLe village Santiago de Okola est situé au bord du nord du Lac Titicaca. En environ trois heures et sur une route bien asphaltée, on peut faire le trajet de 160 km pour arriver à La Paz. Santiago de Okola se trouve au pied d‘une grande montagne en forme de cerf-volant.

La plupart des maisons du village sont construites de brique en limon et n‘ont pas plus de quatre pièces. Les familles en habitent souvent une ou deux et utilisent les autres pièces comme garde-manger ou dépôt de matériel. Une petite cabane à côté de la maison principale sert le plus souvent de cuisine. On y cuisine encore au feu de bois. Il y a des paysans qui possèdent également quelques vaches, moutons ou cochons qu’ils élèvent dans de petites étables à côté de la maison. Les champs touchent directement aux maisons.

La région à laquelle Santiago de Okola, Kerihuati et Omacuyo appartiennent souffre malgré sa situation privilégiée au bord du Lac Titicaca et la diversité de ses champs prêts à cultiver : La jeune population migre de plus en plus dans les villes ou en étranger. La raison principale est la structure économique faible et unilatérale de la région : les paysans produisent peu et leur récolte est en proie aux variations du climat car elle n’est arrosée que par la pluie. De l’autre côté, les jeunes qui quittent le village après l’école pour aller en ville ou à l’étranger ont peu de chances de bénéficier de meilleures formations ou de meilleures postes de travail : leur formation scolaire n’est ni de bonne qualité ni adaptée aux potentiels productifs de la région.

Environ 79 familles habitent au village, soit 350 personnes vivant avant tout de l’agriculture et la pêche. Depuis cinq ans les villageois ont accès à l’électricité et l’eau courante. Chaque maison dispose d’une prise d’eau dans le jardin. Le village a un lycée qui a félicité ses  premiers bacheliers en 2007.
Une infirmerie qui emploie un seul infirmier s’occupe des besoins sanitaires. Les personnes gravement malades et les cas d’urgences importantes doivent être transportés aux hôpitaux d’Achacachi (à 60 km) ou La Paz (160 km).