Le refuge pour les enfants de la rue de La Paz

– Nom : Luz de Esperanza
– Lieu : El Alto, La Paz
– Fondation : 2000
– Soutenu par ViSocial depuis 2006
– Objectif : Aider les enfants et jeunes de la rue qui ont des problèmes de drogue et/ou d’alcool
– Champs d’intervention : éducation, santé, sensibilisation à l’environnement
– Bénéficiaires : environ 25 enfants et jeunes de la rue
– Source de financement ViSocial : dons

DESCRIPTION DU PROJET

C’est en mars 2000 que sœur Doris a commencé à s’engager auprès des enfants de la rue. Elle s’occupait alors de 7 à 9 garçons qui habitaient aux environs d’un cimetière de La Paz et elle avait réussi à instaurer un climat de confiance avec ces jeunes. Après la mort de deux enfants, le reste du groupe a décidé d’abandonner la vie dans la rue et s’est installé dans la maison de la congrégation de sœur Doris.

Hilfe fuer Jugendliche in BolivienAvec l’aide de l’église, les chicos de la calle, les enfants de la rue, ont construit une maison de 54 m² sur un terrain de 5 hectares de superficie en périphérie de El Alto. Ces enfants et ces jeunes parlaient alors du problème suivant : “Pour nous, les enfants qui vivons dans la rue, un projet qui n’est ouvert que de 9h à 17h ne sert à rien, il nous faut quelque chose qui soit ouvert 24h/24h et 7 jours/7.” C’est pour cette raison qu’ils ont décidé de continuer à développer leur propre projet. Peu de temps après, d’autres enfants les ont rejoints et la première maison est vite devenue trop petite.

Au cours des dix années suivantes, les garçons ont construit des étables et des serres pour la plantation de légumes, une salle de couture, des ateliers de menuiserie et de travail du métal. Ils vendent maintenant avec succès ce qu’ils y fabriquent.

Objectifs que nous n’atteindrons qu’avec vos dons :

  •  payer les factures mensuelles d’électricité – 60 €
  • acheter chaque mois des bouteilles de gaz pour la cuisine et la boulangerie – 16 €
  • aller tous les mois à la piscine ou au cinéma avec tous les enfants et jeunes du projet – 30 €

 

Événements marquants

  • 2011 : Atelier musique avec le musicien bolivien Vadik Barrón.
  • 2008 : Financement de 7 bouteilles de gaz par mois : la cuisine peut ainsi être utilisée au quotidien et jusqu’à 20 enfants reçoivent un repas chaud par jour et du pain frais.

Comment agit ViSocial

Ernaehrung Kinder in Bolivien

  •  Agrandissement des salles de bain et des douches
  •  Acquisition et installation des chauffe-eau solaires pour les douches et les salles de bain.
  • ViSocial paye la totalité des factures d’électricité et de gaz
  • Recherche de volontaires qui apportent leur aide au projet

Objectifs

L’objectif du projet est d’offrir aux enfants et aux jeunes de la rue un foyer où ils peuvent recevoir de l’aide pour lutter contre leur addiction à la drogue et à l’alcool. Ils y apprennent à connaitre une vie sans addiction, avec des responsabilités, mais aussi avec de l’amour, pour ensuite quitter le foyer et retrouver un environnement plus favorable. Ainsi, le risque de mortalité des enfants de la rue est réduit et des perspectives d’avenir leurs sont ouvertes.
En assurant l’alimentation en gaz et en électricité du foyer, ViSocial souhaite donner aux jeunes des conditions de vie au sein du projet plus agréables. Par ailleurs, nous soutenons financièrement les différents ateliers pour permettre aux jeunes de gagner un petit revenu grâce à leur travail. Les sorties ont elles pour but de les motiver et d’élargir le champ d’options qu’ils considèrent pour leur avenir.

Volontariat

Actuellement nous ne recherchons aucuns volontaires sur ce projet.

Tu souhaites travailler avec des enfants et des jeunes ? Ce sera le cas dans la majorité de nos projets. Regarde par exemple la maison de jeunes de Salvador de Bahía ou celle de Quito.

Description du quartier

Situé à 30 minutes en bus du centre de La Paz, la capitale bolivienne, El Alto se trouve à 4000 m d’altitude. Environ un million d’habitants y vivent dans des conditions de vie difficiles. La plupart ont émigré au cours des 30 dernières années depuis les zones rurales et les zones d’exploitation minière, dans l”espoir de trouver, dans cette partie de la ville, du travail et une vie meilleure. Presque tous sont d’origine indigène. Le style de vie traditionnel des campagnes se trouve confronté au dynamisme d’une ville en croissance, de plusieurs millions d’habitants.  Dans les rues d’El Alto on voit des cireurs de chaussures, des mendiants et des sans-abris de tous âges.  Malheureusement, on y trouve aussi de nombreux jeunes alcooliques, qui se droguent et gagnent leur vie en volant ou se prostituant. Ils existe très peu d’initiatives nationales pour limiter le nombre d’enfants et de jeunes qui vivent dans la rue. Des organisations caritatives et religieuses et des initiatives privées prennent le relais là où l’état devrait agir.

Le projet Luz de Esperanza est situé au Nord d’El Alto, dans une zone où se trouvaient il y a quelques années encore, des terres agricoles. Au jours d’aujourd’hui, on y trouve quelques maisons nouvellement construites au bord des routes non goudronnées. Rarement, les minibus du transport public de la ville se perdent jusqu’ici. Pour atteindre le projet il faut marcher 30 minutes le long de la route principale au milieu de paysages ingrats.